Statut de l’Artiste

Ce qui définit le statut de l’artiste est la considération que la société lui porte et la reconnaissance par cette même société des libertés et droits moraux, économiques et sociaux - en particulier concernant le revenu et la sécurité sociale - dont doivent bénéficier les artistes. Cela implique des mesures cohérentes pour garantir la liberté d’expression et d’association ; promouvoir l’éducation et la formation dans toutes les disciplines artistiques, ainsi que les lois et régulations sociales, fiscales, de propriété intellectuelle et relatives aux contrats adaptées à la nature atypique et intermittente de leur travail.

La FIA a été au premier plan de cette lutte pour une reconnaissance globale et a fortement milité, au début des années 80, avec ses organisations sœurs, pour l’adoption de la  Recommandation de l’UNESCO sur le Statut de l’Artiste. Malgré les années, c’est un document toujours pertinent puisque jusqu’ici seuls quelques pays ont pris des mesures concrètes pour reconnaître le rôle particulier des créateurs dans la société, autrement que par de simples déclarations de principes.

La FIA continue son plaidoyer pour un respect mondial de la Recommandation de l’UNESCO et milite pour que les systèmes nationaux reconnaissent la nature spécifique du travail des artistes. Dans un Manifeste rédigé avec sa fédération sœur, la FIM, la FIA souligne l’importance pour les artistes de bénéficier, entre autre, d’un statut équivalent à ceux des autres travailleurs en matière d’avantages sociaux, de liberté d’association, de la protection des droits de propriété intellectuelle, des mécanismes de reconversion professionnelle et des mesures pour faciliter la mobilité.