FR

21.04.2017

Rapport de la réunion de l’EuroFIA, Copenhague 4-6 avril 2017

Le groupe EuroFIA s’est réuni à Copenhague du 4 au 6 avril 2017, reçu par les syndicats danois DSF et DAF. Le groupe était heureux d’accueillir la Présidente de la FIA Ferne Downey, qui s’est jointe à eux. Les réunions ont eu lieu dans les locaux de Landsorganisationen i Danmark (LO Danemark), la confédération syndicale danoise. DAF est membre de LO. Le bel immeuble au bord de l’eau était un cadre idéal pour la réunion. EuroFIA était également heureux d’écouter Lisette Risgaard, le première Président de LO, élue en 2015. Elle leur a souhaité la bienvenue dans les locaux de LO, où la confédération reçoit avec grand plaisir des délégués syndicaux du monde entier. Elle a souligné que l’ordre du jour de la réunion de l’EuroFIA couvrait des sujets clés. L’égalité des genres est certainement une priorité et les syndicats ont beaucoup à faire sur l’égalité salariale, la représentation, la participation aux conseils d’administration etc. Les travailleurs atypiques apparaissent également comme un défi de taille dans le futur. Le secteur des médias, des arts et du spectacle fait un véritable travail sur cette question – et nous avons beaucoup à apprendre les uns des autres, notamment en ce qui concerne le recrutement et l’organisation de ces travailleurs. Tous les travailleurs doivent bénéficier de conditions de travail décentes. Elle a conclu en souhaitant aux membres de la FIA une réunion très fructueuse.

Les délégués ont tiré profit de leur arrivée précoce le 3 avril pour discuter de problèmes communs, au sein du groupe Chanteurs d’Opéra et du groupe Europe Centrale et du Sud-est. La journée du 4 avril était entièrement dédiée aux questions de propriété intellectuelle, dans le cadre de la réunion annuelle de la FIA avec les Sociétés de Gestion Collective représentant les artistes-interprètes. Naturellement, l’actuelle réforme européenne du droit d’auteur a occupé le débat, au vu des nombreuses améliorations nécessaires pour que cette proposition livre des résultats significatifs pour les artistes-interprètes, en particulier en ce qui concerne la rémunération dérivée des utilisations en ligne de leurs œuvres. Le rôle des fournisseurs d’accès à internet dans le combat contre la piraterie, le Traité de Beijing de l’OMPI et la nécessité actuelle pour la copie privée d’évoluer pour prendre en compte les nouvelles formes étaient à l’ordre du jour des discussions. La réunion annuelle continue d’être un forum utile d’échange de vues et de coordination avec les Sociétés de Gestion Collective de l’UE.

La réunion du groupe EuroFIA a suivi les 5 et 6 avril, avec une journée et demie de débats et discussions animés, présidés par la Vice-présidente de la FIA et Présidente de DSF Katja Elgaard Holm. A l’EuroFIA de Lisbonne, DSF a accepté de coordonner l’EuroFIA pendant 2 ans. La réunion a commencé avec un panel inspirant sur l’égalité des genres, pour lequel l’EuroFIA était ravie de recevoir deux intervenantes danoises : la chercheuse Tess Skadegard Thorsen, boursière doctorale et Marianne Aelund Sig, de Nordea Bank. Tess Skadegard Thorsen a attiré l’attention des délégués de l’EuroFIA sur l’Organisation des Nations Unies et les mécanismes qu’elle offre, en particulier pour faire pression sur les entreprises qui n’assument pas leur responsabilité sociale. Elle a également exploré les arguments légaux pour l’action positive, ainsi que des arguments financiers en faveur de plus de diversité sur les écrans. Marianne Aelund Sig a décrit les défis qui se présentent dans le secteur financier, en particulier sur la façon de créer une culture plus inclusive dans le secteur. Le changement doit venir d’en haut, avec un engagement des plus hautes positions. La sensibilisation doit être à l’œuvre dans tout le système et la chaîne de valeur. Ceci aide à réduire les déséquilibres où ils sont introduits et maintenus. Les données sont analysées et compilées pour vraiment comprendre où les inégalités persistent.  

Les panels dédiés à l’usage des nouvelles technologies dans le travail des syndicats et à l’action des syndicats au bénéfice des réfugiés étaient également mémorables. Le panel sur la technologie a offert un exemple concret de système numérique d’adhésion, avec une carte de membre sur smartphone etc. de STST en Finlande ; ainsi qu’un exemple plus complexe d’un outil naissant intitulé ‘Umbel’ par Kunstenbond, sorte de philosophie, méthode et maintenant app.  Il est basé sur des structures d’organisation relativement informelles où la coopération est participative et basée sur un réseau. L’outil est très transparent et rend le travail visible. Pour les travailleurs du numérique et pour les syndicats fortement engagés dans une relation en ligne avec leurs membres, il s’agit d’une approche et d’une interface prometteuse. Le panel sur les réfugiés présentait différentes expériences d’Equity, Royaume-Uni ; CASOD, Turquie ; et TF, Suède. Ces syndicats ont tenté, par différents moyens, d’atteindre les artistes et les artistes-interprètes réfugiés. Ils ont partagé leurs expériences sur la façon dont cela pouvait être approché, les défis rencontrés et les bénéfices pratiques qui pouvaient en découlés. L’EuroFIA continuera à s’intéresser à cette question, en phase avec la résolution d’urgence adoptée au Congrès de Sao Paulo. 

La prochaine réunion de l’EuroFIA aura lieu du 26 au 28 septembre 2017 et inclura une réunion d’une journée sur le Passeport de la Danse le 26. 

Les documents de la réunion sont disponibles ci-dessous aux membres loggés:  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rapports Nationaux: