Présidents de la FIA

De nombreux leaders dévoués ont mené le travail de la FIA et représenté l'organisation au fil des années.

Ci-dessous une frise chronologique présentant chacun et chacune des grands hommes et femmes qui ont rempli le rôle de Président de la Fédération Internationale des Acteurs.

Ferne Downey

2012

Pendant plus de 40 ans, Ferne a travaillé comme actrice canadienne à la télévision, au cinéma et à la radio. Elle a été formée au théâtre à la Dalhousie University à Halifax, Nova Scotia. Ses années de formation ont été passées à développer et produire de nouvelles pièces canadiennes avec son collaborateur régulier et compagnon de vie, le dramaturge Paul Ledoux.

Elle a commence sa carrière dès sa sortie de l'école travaillant dans les medias enregistrés pour CBC Radio. A la fin de la vingtaine, elle s'est tournée vers la télévision et le cinéma et s'est épanouies dans ces milieux.

Ferne s'est éprise de la direction syndicale et de la planification stratégique lorsqu'elle a été élue pour la première fois au Conseil d'ACTRA Toronto en 1991 dans le but d'aider à amener un changement structurel significatif à ACTRA (Alliance of Canadian Cinema, Television and Radio Artists) - syndicat canadien national des artistes-interprètes professionnels travaillant en langue anglaise dans le medias enregistrés - pour rendre le syndicat plus dynamique et attentif aux attentes de ses membres.

En mai 2017, Ferne a démissionné après un mandat de huit années en tant que Présidente nationale d'ACTRA. Avant cela, elle avait occupé le poste de Trésorière nationale d'ACTRA pendant cinq ans. Il s'agit pour elle de 26 années dynamiques et remplies de défis dédiées au renouvellement, à la croissance et à l'engagement des membres.

En tant que Présidente activiste et féministe, elle a été élue comme Vice-présidente générale au sein de l'Exécutif de Congrès Canadien du Travail où elle a siégé pendant sept ans. Elle était fière d'être la première personne du secteur culturel à être invité à siéger dans cette capacité.

Ferne a étudié avec le Dr. Elaine Bernard au sein du Programme d'Harvard sur la Direction Syndicale avant de prétendre à la position de Présidente de la FIA. L'évènement décisif qui a confirmé sa volonté de se présenter a été le discours qu'elle a prononcé à la Conférence Diplomatique de l'OMPI sur la Protection des Artistes-Interprètes de l'Audiovisuel à Pékin le 20 juin 2012. C'était intimidant et essentiel, juste le type de défi qui stimule l'imagination.

Ferne a été élue Présidente de la FIA au 20ème Congrès de la FIA à Toronto en 2012. Elle est la troisième femme et la seconde nord américaine à mener la fédération. Ferne a été fière d'user de ses compétences en termes de planification stratégique dans ce rôle de gouvernance globale. Elle a été réélue par acclamation au 21ème Congrès de Sao Paul, au Brésil en 2016.

Ferne agit également comme Présidente du Conseil des Gouverneurs d'AFBS, une organisation unique et fraternelle pour l'assurance et la retraite des artistes interprètes et dramaturges canadiens.

En juin 2017, Ferne a reçu un doctorat honorifique en droit pour " service exceptionnel rendu à la communauté " délivré par la Dalhousie University.

Au printemps 2018, ACTRA lui a rendu hommage faisant d'elle un membre à vie en reconnaissance de son " leadership exceptionnel et activisme dévoué pour le compte de notre industrie et de nos membres ".

Agnete Haaland

2008-2012

Agnete G. Haaland a fièrement occupé le poste de Présidente de la FIA de 2008 à 2012. Elle a été présidente de la Norwegian Actors Equity pendant 11 ans ainsi qu'une combattante acharnée des arts, des droits de l'homme et de la liberté d'expression.

Elle est une comédienne reconnue de Norvège qui a fait des tournées mondiales avec plusieurs de ses monologues. Son monologue Florence Nightingale - woman at war s'est joué sur trois continents. Elle est également auteur et metteur en scène. Elle a joué les rôles principaux de plusieurs pièces d'Henrik Ibsen dont celui de Nora dans Une maison de poupée au Grand Théâtre National de Pékin. Elle a également joué tous les rôles dans Peer Gynt de Henrik Ibsen. Cette production a tourné en Norvège et a été présentée à Pékin et Shanghai par le Ministre des Affaires Etrangères de Norvège pour marquer les 100 ans de la mort d'Henrik Ibsen. Elle a joué dans toutes sortes de pièces du rôle de Anne dans Le Journal d'Anne Frank à celui de Fifi dans Fifi Brindacier. Elle a également joué des rôles importants à la télévision et au cinéma en Norvège.

Elle a dû quitter la FIA lorsqu'elle est devenue la directrice artistique du Théâtre National de Bergen, Norvège. Le Théâtre National est l'un des plus anciens théâtres permanents, fondé en 1850 par le violoncelliste norvégien, Ole Bull. Henrik Ibsen fut l'un des premiers écrivains résidents et directeurs artistiques du théâtre. Aujourd'hui le théâtre accueille trois scènes et présente approximativement 20 productions chaque année, qu'il s'agisse de classiques internationaux ou nationaux, de comédies musicales, de drames contemporains ou de théâtre jeune public et familial. Le théâtre emploie environ 150 personnes dont 45 acteurs et présente quelques 800 spectacles par an.

Elle est une voix importante et dynamique dans le débat public norvégien, et elle a été membre d'innombrables conseils et comités. Sur les questions de genre, elle croit aux comptes et en la responsabilité des gardiens pour aller de l'avant. Elle est également convaincue qu'il n'y a pas de sens à connaître le prix de tous mais la valeur de rien. Agnete est fermement convaincue que l'art peut rendre le monde meilleur en changeant nos perspectives et en suscitant de l'empathie entre être humain. La FIA lui manque énormément et elle espère travailler encore avec tous ses amis de la FIA lorsqu'elle ne sera plus un employeur.

Tomas Bolme

1992-2008

Tomas est un acteur suédois qui a commence sa carrière à l'âge de sept ans à la radio, à la télévision et au cinéma. Il a été accepté par l'école d'art dramatique de l'Etat suédois (1966-1969) et n'a jamais été au chômage depuis.

Tomas a grandi dans une famille active dans le milieu syndical, avec un père et un grand père tout deux membres de différents comités exécutifs. Ce n'était pas une surprise qu'il devienne membre du comité des acteurs du Théâtre dramatique royal au début des années 1970. Il a participé à son premier Congrès de la FIA, à Stockholm en 1973 en tant que messager de Rolf Rembe. Il est devenu Vice-président du syndicat suédois en 1976 et Président en 1979. Suivant les traditions suédoises, il a assisté aux Congrès de la FIA à Paris, Athènes et Leningrad en 1982, 1985 et 1988. Avec le soutien de Rolf Rembe, il s'est porté candidat à la présidence de la FIA au Congrès de Montréal en 1992 et a été élu.

Il a d'abord travaillé avec Michael Crosby comme Secrétaire Général et a participé à tout ce que Crosby suggérait. Lorsque Katherine Sand fut élue Secrétaire Générale à Copenhague en 1996, elle lui demanda de jouer un rôle plus actif dans le travail de la FIA. Ils ont beaucoup voyagé pendant ces années et lorsque Tomas a obtenu le soutien de deux organisations coordinatrices LO-TCO d'aide internationale au développement syndical, ils commencèrent avec les pays africains, les pays d'Europe de l'est, Hong Kong et l'Amérique Latine. L'un des succès fut la création d'Afro-FIA au Ghana, qui fut présenté au Congrès de Montevideo en 2000. Malheureusement, Katherine est partie pour son mari et les Etats-Unis en 2001.

Dominick Luquer est alors devenu le nouveau Secrétaire Général et a trouvé une façon parfaite de travailler avec Tomas. Ils ont géré ensemble le Congrès de Budapest en 2004 et de Marrakech en 2008 lorsque Tomas a finalement quitté son poste.

Tomas a déclaré que le travail - en particulier avec la brillante Katherine Sand - a créé une atmosphère qui a toujours mené au consensus. La particulièrement bonne coopération qui a suivi avec Dominick Luquer et le Présidium composé des meilleurs représentants syndicaux qu'il ait rencontré, ont rendu le travail avec FIA facile et particulièrement joyeux.

Peter Heinz Kersten

1982-1992

Peter Heinz Kersten était un magicien, chanteur et interprète de Wienerlied (chansons viennoises traditionnelles) autrichien. Il était Président de la FIA de 1982 à 1992.

En 1938, Peter Heinz Kersten devient un membre du pensionnat catholique Wiener Sängerknaben - chœur de Vienne - fondement de sa carrière de chanteur. En 1944, il entame ses études de dentisterie, qu'il terminera par un examen d'Etat en 1954. Une année plus tard, il ouvre son cabinet dentaire. En parallèle de ses études universitaires, il étudie la musique à l'académie de Vienne. Sa dernière apparition lors d'un récital de chant à Vienne date de novembre 2002.

En 1962, il est élu Président de Magische Klub Wien, poste qu'il a occupé jusqu'en 1989. En 1973, il devient Président de la Fédération Internationale des Sociétés Magiques (FISM) et organise en juillet 1976 le 13ème Congrès International de la FISM à Vienne. Deux ans plus tard, il devient Président de la Section Arts et Spectacles du Syndicats et des Arts et des Médias (GdG-KMfB) et aussi Président de Soziawerks Österreichischer Artisten.

Peter est élu Président de la FIA en 1982, un poste auquel il est réélu en 1985 et 1988. La même année, il prend par à la fondation de MRA (Magischer Ring Austria). Il est élu le premier Président de MRA, fonction qu'il occupe jusqu'en 1988.

Peter Heinz Kesten est décédé en 2004.

France Delahalle

1973-1982

France adhère au SNA (Syndicat National des Acteurs) dès ses premiers contrats. Ce sont les évènements de 1968 en France qui ont éveillé son désir de s'engager dans l'action syndicale militante. Sans jamais perdre son esprit critique, elle saura, avec d'autres, évoluer dans un sens constructif. Après cette période troublée, elle commença à travailler au syndicat dans la " branche théâtre " mais s'intéressa très vite aux questions internationales qui l'amèneront à participer en 1970 à un congrès de la FIA à Amsterdam.

Elle s'investit alors totalement dans ce secteur et fut élue présidente de la FIA dès le congrès suivant en 1973 à Stockholm. Son implication et les responsabilités qui en découlaient eurent lieu dans le contexte bien particulier de la mise à l'écart - après les évènements de Tchécoslovaquie en 1968 - de Vlastimil Fisar, président élu au congrès de Prague de la FIA en 1967.

Après le mandat du canadien Pierre Boucher, le choix d'une présidence " neutre " s'imposa face aux deux blocs. C'est le secrétaire général Gérald Croasdell qui a su persuader la délégation française de proposer France Delahalle pour sa forte personnalité et son autorité. C'était en 1973 et au mois de septembre survint le putsch de Pinochet au Chili. Dès son élection, France a su convaincre la FIA et l'amener à condamner unanimement l'évènement. Durant trois mandats jusqu'en 1982 elle joua avec Gérald Croasdell un rôle éminent pour maintenir dans la FIA un équilibre alors instable.

Sur le plan national, France a toujours su répondre " présente " quand le syndicat était l'objet d'attaques diverses ou rencontrait des difficultés internes. En 1968 d'abord mais aussi en 1976/77 lors de la longue grève de 3 mois des artistes interprètes à la télévision et également en 1980 lors du départ non prévu et très soudain du délégué général et également la même année au moment des évènements de Pologne qui perturbèrent notre confédération syndicale.

En 1984 elle prend la codirection du théâtre St Georges. Elle a tourné dans plus de 20 films (cinéma et télévision) et a joué dans plus de 25 œuvres théâtrales. Son mari Georges Herbert était à la tête d'une importante organisation de tournées et également directeur de théâtre depuis la fin de la guerre jusqu'à sa mort en 2000.

Pierre Boucher

1970-1973

Pierre Boucher est un des nombreux comédiens qui ont occupé le poste de président de l'Union des Artistes (UDA), Canada.

Pourtant, il n'aurait jamais pensé être un jour acteur. C'est lors de ses études en droit qu'il découvre la passion du théâtre. Vedette de nombreuses pièces présentées sur scène, les téléphiles se souviennent de lui pour ses rôles dans" Radisson ", " Rue de l'Anse " et " Rue des pignons ".

Lorsqu'il devient président d'UDA en 1962, il y a mésentente avec la Place des Arts qui refuse de reconnaître la juridiction de l'UDA sur les artistes qui s'y produisent. C'est aussi à cette époque que l'UDA commence à ressentir le besoin de définir un " statut de l'artiste " qui ne viendra que plusieurs années plus tard.

Après avoir siégé au CRTC (Conseil de la Radiodiffusion et des Télécommunications Canadiennes), Pierre Boucher s'éteint prématurément en 1973.

Vlastimil Fisar

1967-1970

Vlastimil Fisar était un acteur de premier plan de l'un des principaux théâtres de Prague dans les années 1960, un artiste de radio et de télévision populaire et le président de son syndical national. Lors de Congrès de la FIA à Mexico City en 1964, il a audacieusement invité la Fédération à se réunir la prochaine fois dans son pays - ce qui signifiait la première réunion de la FIA derrière ce qu'on appelait alors le " rideau de fer ". L'initiative a été un succès. Des observateurs de Screen Actors' Guild of America (SAG) et de Cultural Workers' Union de l'URSS ont participé au Congrès de Prague en 1967 et l'année qui a suivi les deux organisations ont annoncé qu'elles souhaitaient devenir membre.

Le Congrès s'est terminé par l'élection de Vlastimil Fisar comme président de la FIA. Les mois qui ont suivi ont probablement été parmi les plus heureux de Vlastimil comme leader syndical. Ils ont coïncidé avec le " printemps de Prague " en 1968, mouvement dynamique ayant pour but de libéraliser et d'humaniser la structure politique existante en Europe de l'Est. Vlastimil était membre de Parti Communiste mais également un porte-parole enthousiaste du " printemps de Prague " - qui allait créer des tensions avec l'institution politique.

Pendant l'été, Vlastimil s'est rendu à Stockholm où le Secrétariat de la FIA était désormais, avec ce qu'il avait de plus cher : sa famille et sa nouvelle SIMCA. Le retour a mis un terme brutal à l'idylle ; des troupes allemandes attendaient à la frontière entre la République Démocratique d'Allemagne et la Tchécoslovaquie prête à entrer dans son pays. Les pays voisins socialistes avaient décidé de mettre fin au " printemps de Prague ".

Pour Vlastimil Fisar l'avenir était devenu sombre. Les autorités l'empêchaient non seulement de prendre part à toute activité syndicale nationale mais aussi de se produire devant un public, une caméra ou un micro. Il avait le droit de continuer de vivre avec sa famille dans l'appartement en face de " son " théâtre mais sans jamais y jouer. Cette situation était également intenable pour FIA ; l'organisation ne pouvait opérer avec un Président incapable d'exercer sa profession. Lors du prochain Congrès à Amsterdam en 1970, Vlastimil a été élu Président Honoraire mais la fonction active a été reprise par la canadien francophone Pierre Boucher.

Ce n'est que vingt ans plus tard, avec la chute du " mur de Berlin " en 1989 et l'assouplissement politique général qui a suivi en Europe de l'Est, que la situation personnelle de Fiscar s'est améliorée. Le bannissement professionnel qui s'était abattu sur lui a été levé, et ses collègues l'ont rappelé pour participer au travail du syndicat. Mais malheureusement, il était trop tard. Il avait été frappé par un cancer de la gorge qui a écourté sa vie.

Rodolfo Landa

1964-1967

Rodolfo Landa, nom de scène du très célèbre au Mexique Rodolfo Echeverría Alvarez, était clairement un homme aux multiples facettes et à la personnalité particulièrement attrayante, à laquelle contribuée sa vaste culture. Sa carrière d'acteur qui a démarré au théâtre en 1934, se caractérise par sa grande sympathie, qui ajoutée à son intérêt pour les problèmes sociaux l'a amené à prendre la tête de l'Asociación Nacional de Actores de Mexico, aussi connue sous l'acronyme ANDA, entre 1953 et 1966, activité qui comme souvent l'a un peu éloignée de sa profession d'origine. Il est néanmoins juste de dire qu'il a dirigé le syndicat avec une connaissance spécifique du droit du travail, dans la mesure où il était également avocat. Dès 1966, il a commencé à exercer des responsabilités publiques de grande importance, généralement en rapport avec l'industrie de spectacle. Son frère cadet, Luis Echeverría Alvarez, est également entré en politique et est devenu Président du Mexique. En 1970, Rodolfo a été nommé Directeur de la Banque Nationale pour le Cinéma, marquant une période importante pour le développement de l'industrie audiovisuelle mexicaine, avec un intérêt particulier pour les jeunes metteurs en scène et créant - parmi d'autres choses ; le Cineteca Nacional, le Centro de Capacitación Cinematrográfica, et soutenant le Festival Internacional Cervantino, fondé par le maître du théâtre: Enrique Ruelas. Au fil des années, ce festival de théâtre a gagné une véritable reconnaissance internationale comme un événement présentant le travail théâtral de Miguel de Cervantes Saavedra, par des compagnies du monde entier, en particulier en espagnol.

Pendant ses années à la tête d'ANDA, il était également président du Centro Mexicano de Teatro, affilié à l'Instituto Internacional de Teatro de l'UNESCO, entre 1955 et 1962, et a promu l'intégration et la participation d'ANDA aux débuts de la Fédération Internationale des Acteurs. En 1964, a été organisé le premier Congrès de la FIA dans un pays d'Amérique Latine et a abouti sur l'élection de Rodolfo Landa comme Président de la Fédération Internationale des Acteurs, jusqu'à présent le seul président latino américain. Il a assuré la présidence jusqu'en 1967, peu de temps après avoir quitté la présidence d'ANDA, pour s'engager activement dans la politique de son pays. Il a été élu député national à deux reprises et sénateur une fois.

Lorsqu'il était étudiant en droit, Rodolfo Landa a collaboré avec Julio Bracho, fondateur de Teatro Universitario et est devenu ami avec le poète mexicain et Prix Nobel, Octavio Paz, ainsi qu'avec le professeur López Portillo, qui d'avocat et académicien, et du fait de ses liens d'amitié avec les frères Rodolfo et Luis Echeverría Alvarez s'est intéressé à la politique, devenant plus tard l'une des présidents les plus prestigieux et connus de la République du Mexique.

En plus de travailler régulièrement au théâtre, et avant de concentrer ses efforts sur le syndicalisme et la politique, Rodolfo Landa a également tourné dans près de 80 films, menant une vie intense jusqu'à la dernière décennie du siècle passé. Il est décédé à Cuernavaca en 2004.

Fernand Gravey

1958-1964

Fernand Gravey est un acteur célèbre qui acquit une renommée internationale grâce au cinéma. Il est né en Belgique de parents comédiens. De son vrai nom, Fernand Mertens, il sera naturalisé français après la guerre.

Enfant il tourne dans plusieurs films. Pendant la Première guerre mondiale, sa famille s'installe à Londres où il apprend l'anglais, ce qui lui sera d'une grande utilité plus tard dans sa carrière. Il s'oriente vers le théâtre et s'installe à Paris à la fin des années 20 où il adopte le pseudonyme de Gravey. Jusqu'à la Seconde guerre mondiale, il tourne une quarantaine de films et joue dans une dizaine de spectacles de théâtre. Il est le jeune premier qui incarne la séduction à la française.

Sa totale maîtrise de l'anglais lui permet d'envisager une carrière internationale et tenter sa chance à Hollywood. Il franchit l'océan en compagnie de son épouse. Il est engagé par Mervyn Le Roy pour " The king and the clown girls " (1937) avec Joan Blondell, et tourne dans " Fools for scandal " (1938) avec Carole Lombard. Il dira plus tard " On travaille magnifiquement à Hollywood et on y apprend pas mal de choses, dont la première est de savoir qu'on n'y pourra pas rester toujours ".

En 44/45 il est engagé volontaire dans la Légion étrangère, car il est encore de nationalité belge, et fait campagne en France et en Allemagne sous le grade de lieutenant de réserve. Après la fin de la guerre il obtient la nationalité française.

Au SNA (syndicat national des acteurs) qui a succédé à l' Union des Artistes , il a l' idée en 1946 de créer " le bureau V " ( V pour " vedettes " ) , s'inspirant de l'exemple des syndicats d' acteurs des Etats Unis , afin que celles-ci participent plus activement à la vie du syndicat. C'est ainsi qu'en 1947, le " bureau V " prendra une part active à la campagne pour la révision des accords Blum-Byrnes signés en 1946, ce qui amènera le gouvernement à instaurer une limitation du nombre de copies des films américains exploités en France.

Proposé par le SNA, il est élu à la présidence de la FIA en 1958 et le restera jusqu'en 1964. Il sera également le premier représentant de la FIA au conseil d'administration de l'association du festival de Cannes.

De la fin de la guerre jusqu'à son décès, il tourne encore une trentaine de films dont " La ronde " de Max Ophuls, " Si Versailles m'était conté " de Sacha Guitry ainsi qu'une série pour la télévision sous la direction de Maurice Pialat. Au théâtre, durant cette période, il joue dans une trentaine de pièces, particulièrement dans le théâtre de "boulevard ".

Il meurt subitement d'un infarctus. Depuis 1936, il était marié avec l'actrice Jane Renouardt.

Gordon Sandison

1956-1958

Gordon Sandison a été Secrétaire Général d'Equity de 1946 jusqu'à sa mort précoce à l'âge de 47 ans en 1958. Il a occupé ce poste à une période à laquelle le développement rapide des nouveaux médias et méthodes d'enregistrement nuisait aux acteurs plus qu'à n'importe quelle autre époque, nécessitant de la clairvoyance et un leadership cohérent.

Peu de temps après sa nomination, les fermetures de théâtres en pleine crise pétrolière ont donné à Sandison l'opportunité de faire preuve de dynamisme et de détermination et ceci dans tous les aspects de son travail chez Equity. Il constata l'importance d'une organisation complète dans les studios de cinéma et d'une véritable représentation de la profession dans les Conseils de l'industrie. A cette période, Equity, le Syndicat des Musiciens et la Fédération des Artistes de Variété se sont rassemblés pour garantir la séparation de la radio et de la télévision aussi longtemps que des artistes étaient concernés. A la télévision, il a poussé pour, et obtenu, des rémunérations appropriées pour les rediffusions ainsi qu'une limitation de celles-ci. Il a compris l'importance cruciale dans le futur des modèles de l'emploi à la télévision, au cinéma et dans la publicité et a recommandé et conduit via une action efficace l'établissement de frais d'exploitation et d'usage.

A sa mort, le Conseil d'Equity a créé un fonds pour la subsistance et l'éducation de ses enfants. Le fait que plus de 7.000£ aient été soulevées témoigne du respect et de l'affection dont Gordon bénéficiait dans la profession. 

Jean Darcante

1952-1956

Jean Darcante était un comédien et metteur en scène français. Après le conservatoire national d'art dramatique, il commence sa carrière de comédien de théâtre au début des années 30 avec Gaston Baty qui lui confiera plus tard son théâtre pour y mettre en scène la Célestine de Fernando de Rojas. Acteur de cinéma, il tourne entre autres avec Sacha Guitry, Jean-Pierre Melville et Christan Jaque.

Pendant l'Occupation, il milite activement avec d'autres dans le Comité du jeune théâtre dont l'activité consiste à contrer le COES (Comité d'organisation des entreprises de spectacle) nommé par Vichy. Avec Claude Vermorel, auteur engagé, Jean Darcante crée un syndicat des acteurs clandestin lié à la CGT, elle aussi clandestine. Il en est élu (déjà) secrétaire général sous la présidence d'André Luguet. Très vite la fibre syndicale s'éveille chez lui.

Après la guerre, la restructuration du syndicat Union des artistes s'avère nécessaire. Il change de nom et prend celui de Syndicat national des acteurs (SNA). Homme d'action dynamique, Jean Darcante s'oppose à la direction en place, accusée d'immobilisme. Grâce à ses propositions d'actions syndicales offensives, il accède au poste de secrétaire général du SNA en 1945 et sera réélu à plusieurs reprises à cette fonction. Dirigeant autoritaire, ses talents d'orateur lui permettront de tenir à distance ses adversaires politiques. Ses qualités de leader et d'organisateur étaient telles que les statuts du syndicat furent modifiés afin qu'il puisse continuer d'être élu bien que directeur du théâtre de la Renaissance depuis 1946.

Dès 1951, la question des droits des artistes interprètes sur l'enregistrement et la reproduction de leur travail enregistré se pose et des réunions entre syndicats de divers pays européens sont organisées à Paris sous sa présidence. La première a lieu le 3 avril 1951. En 1952, la FIA est créée à Londres. Jean Darcante en assura la présidence jusqu'en 1956.

Depuis la Libération le conflit qui l'oppose aux vieux dirigeants de l'Union des artistes n'a pas cessé. Le conflit entre, " anciens " et " modernes " va s'amplifier jusqu'à la scission. Jean Darcante en sera la cheville ouvrière.

Avec Gérard Philipe, qui en est la figure de prou et le meneur, Darcante participera activement à cette scission menée par les " modernes ". Elle a lieu en août 1957 et durera jusqu'à la réunification le 15 juin 1958 qui se fait sous le nom de Syndicat Français des acteurs (SFA). Gérard Philipe en est le président.

En 1958, Jean Darcante devient secrétaire général de l'Institut international du Théâtre (UNESCO). Il le restera jusqu'en 1980.