AfroFIA - Actualités détails

10.03.2015

Engagement pour le développement syndical en Afrique

(Plus de photos disponibles sur le compte Flikr FIA)

« Solidarité » n’est pas un terme que nous, à la FIA, prenons à la légère, et si quelqu’un a suffisamment de patience de passer en revue notre histoire, il trouvera d'innombrables initiatives qui confèrent à ce mot sa vraie signification : de la protection offerte aux camarades artistes interprètes et exécutants persécutés en raison de leurs opinions politiques aux campagnes pour la liberté d'expression artistique ; des boycotts internationaux visant à soutenir les revendications et actions menés par nos membres au soutien financier au profit des artistes-interprètes ou exécutants et de leurs familles soudainement frappés par une catastrophe naturelle, notre fédération a montré à maintes reprises que chacun de nous compte.

Le travail syndical est notre credo, et nous croyons que chaque artiste interprète et exécutant devrait pouvoir bénéficier de la protection d’un syndicat fort et représentatif, déterminé à améliorer ses conditions d’emploi et de travail et, plus généralement, son bien-être. Dans de nombreuses parties du monde, les syndicats des artistes interprètes et exécutants n’existent pas encore ou restent trop faibles pour faire réellement la différence. Dans ces cas-là, la solidarité signifie souvent partager des expériences et créer les conditions pour que des syndicats puissent exister et prendre la défense des travailleurs de ce secteur.

Dans certaines parties du continent africain, les besoins sont très nombreux, des infrastructures modernes à la justice sociale et la paix, en passant par les besoins les plus élémentaires comme l’accès à l’eau ou à la nourriture. Si nous n’avons pas la possibilité d’apporter de solution à certains de ces problèmes, la FIA et ses syndicats affiliés ont néanmoins activement mené campagne contre l’apartheid et soutenu la cause des artistes auprès de mouvements d’opposition démocratique dans des pays écrasés par la dictature. Aujourd’hui, nous sommes fiers d’avoir contribué à la démocratie et au développement artistique en aidant les artistes interprètes et exécutants à s'organiser en tant que groupe professionnel et à construire des syndicats durables.

Depuis la fin des années 1990, notre Fédération organise des ateliers, des réunions, des séminaires de formations et d'autres activités au bénéfice de groupes d'artistes interprètes et exécutants au Burkina Faso, au Cameroun, au Ghana, au Nigéria, en Namibie, en Zambie, au Zimbabwe, au Kenya, au Maroc, à Madagascar ou en Afrique du Sud. En 2014, nous avons demandé le soutien de LO-TCO, la Confédération des syndicats suédois, pour nous aider à parrainer des accords de jumelage entre certains de nos membres les plus expérimentés et des syndicats d’Afrique comparables, qui présentaient de bonnes possibilités de rapprochement.

Ces accords de jumelage sont des partenariats bilatéraux à long terme qui promeuvent l'encadrement et l'orientation entre syndicats d’artistes interprètes et exécutants de différents parties du monde. En établissant une ligne de communication constante, ces initiatives communes permettent de saisir l'étendue des difficultés auxquelles sont confrontés les artistes interprètes et exécutants sur le terrain et de collaborer avec eux en vue d’élaborer des stratégies adéquates et réalistes pour surmonter ces difficultés.

Aujourd’hui, les accords de jumelage de la FIA entrent dans leur seconde année au Maroc et au Ghana, sous la direction experte du Syndicat français des artistes-interprètes (France) et d'Equity (Royaume-Uni). Leurs plans de travail vont de la promotion d'un cadre légal pour faciliter les conventions collectives dans le secteur du film et de la télévision à la construction d'une base de données des membres et d’un système d’affiliation modernes et durables, en passant par le soutien apporté à nos collègues africains pour offrir à leurs membres des services attractifs. « Il s’agit de partager notre expérience pour guider les autres syndicats d’artistes interprètes et exécutants à travers le monde », déclare à juste titre Edward Cofie, du GAG au Ghana.

Deux des syndicats affiliés à la FIA en Amérique du Nord, SAG-AFTRA et ACTRA, travaillent également avec la South African Guild of Actors en vue de l'aider à accroitre le nombre de ses adhérents, majoritairement freelance et indépendants, et à promouvoir des standards internationaux dans l'industrie du film et de la télévision de ce pays.

Rien de tout cela n’est facile. Rien de tout cela ne se fait directement. Tout ceci requiert de la détermination, de l’engagement et un certain degré d’obstination. Heureusement, tels sont les ingrédients qui font de la FIA ce qu'elle est : une communauté d’organisations sœurs de par le monde dont l’unique raison d’être est de se battre pour s’assurer que les artistes interprètes et exécutants, où qu’ils soient, puissent gagner leur vie honnêtement et en toute sécurité grâce à leur travail.