EuroFIA - Actualités détails

22.07.2015

Conférence Mondiale sur le Spectacle Vivant - Rapport des Ateliers

Dans le but d’aborder davantage de thèmes et de donner plus d’opportunités aux participants de prendre la parole, les organisateurs de la deuxième Conférence Mondiale de la FIA sur le Spectacle Vivant ont décidé d’organiser aussi des ateliers lors de l’événement. L’idée était que de plus petits groupes permettraient aux participants de discuter plus facilement de leurs expériences et des défis qu’ils rencontrent. L’après midi du 2ème jour, les délégués avaient donc le choix entre trois ateliers :

  • Atelier #1 – L’artiste comme activiste – Développement syndical et engagement des membres dans un environnement hostile
  • Atelier #2 – Jeux d’enfants
  • Atelier #3 – Travail peu payé et non payé

Le premier atelier ‘L’artiste comme activiste – Développement syndical et engagement des membres dans un environnement hostile’ rassemblait Robert Deskins (danseur de ballet, CAEA, Canada), Sercan Gidisoglu (Responsable des relations internationales, AUT, Turquie), Hywel Morgan (Acteur, Vice président du Comité de la Scène d’Equity, UK) et de Melissa Robinette (Actrice, Vice président de la Région Est d’AEA). Il était modéré par Karan O’Loughlin (Organisatrice du secteur des arts et de la culture, SIPTU, Irlande). Les panélistes ont décrit les chemins qui les ont mené à devenir des membres actifs de leurs syndicats. Ils ont discuté le fait que si de bons services syndicaux peuvent aider à gagner ou maintenir des adhérents, créer ou soutenir la mentalité du « Que peut faire le syndicat pour moi ? » était dangereux et voué à l’échec. Les artistes interprètes devraient plutôt réaliser que c’est la solidarité entre eux qui fera la différence. Les panélistes ont souligné que malgré les craintes de certains jeunes artistes interprètes, être impliqué au sein d’un syndicat de façon constructive et honnête provoque généralement le respect des employeurs de l’industrie. Les panélistes et les participants ont également discuté des différentes façons d’augmenter et maintenir le nombre de membres. Parmi les propositions : créer des comités pour les jeunes artistes interprètes, utiliser les médias sociaux pour informer et mener campagne, avoir un organisateur dédié au recrutement et au maintien des membres, etc.

Télécharger le rapport détaillé de l’Atelier #1

Le deuxième atelier était intitulé ‘Jeux d’enfants’. Il était dédié aux enfants artistes interprètes, qui dans de nombreux pays sont autorisés à travailler dans l’industrie du spectacle conformément au droit international et sous certaines conditions – malgré une interdiction générale du travail des enfants – car il est considéré que l’art et la culture ne pourrait refléter justement la vraie vie autrement. Les enfants et les adolescents livrent la même performance professionnelle que les adultes mais ils ont besoin de protections et de soins particuliers, notamment une protection légale liée à  leur jeune âge et leur vulnérabilité. Les participants comprenaient Simon Burke, ancien Président d’Equity Australie, MEAA, Meltem Cumbul, Présidente d’AUT, Turquie, et Arden Ryshpan, Directrice Exécutive de CAEA, Canada – ayant tous été enfants artistes interprètes dans leurs pays respectifs, ainsi que Grigory Ostrovskiy, Directeur Général adjoint de la Compagnie Nationale du Cirque Russe. La discussion était centrée sur l’importance d’assurer un environnement de travail sûr et équilibré pour les enfants et les adolescents dans le secteur du spectacle - que ce soit par la loi ou la négociation collective - tout en leur permettant de maximiser leur expérience professionnelle précoce. De nombreuses bonnes pratiques ont été partagées sur la façon dont les syndicats doivent aborder la question, notamment en entretenant de bonnes relations avec les parents qui parfois font passer leurs aspirations personnelles avant le besoin de leurs enfants d’une enfance équilibrée et normale. La FIA travaille  avec Katherine Sand, ancienne Secrétaire Générale également présente lors de l’atelier, pour finaliser un guide pratique pour aider les syndicats d’artistes interprètes dans le monde à agir dans ce domaine, guide présenté lors de la Conférence de Dublin.

Le dernier atelier ‘Travail peu payé ou non-payé’ rassemblait Zoe Angus (Directrice d’Equity Australie), Denys Fouqueray (Acteur, délégué général, SFA, France), Mary McColl (Directrice exécutive d’AEA, USA) et Stephen Spence (Assistant secrétaire général d’Equity, RU). Il était modéré par Neel Lykkegaard Andersen (Chef de la direction des affaires juridiques de DAF, Danemark). Les panélistes ont brièvement présenté la situation dans leur pays concernant le phénomène du travail peu ou non-payé et ont discuté des récentes actions entreprises en ce qui concerne cette question, notamment deux campagnes d’importance d’Equity UK ‘Fait comme un professionnel, Payé comme un professionnel’ et d’AEA dans le comté de Los Angeles pour les théâtres de 99 sièges. Ce qui a émergé des discussions est qu’il s’agit d’un problème très répandu et difficile aborder. L’un des problèmes principaux réside dans le fait que pour de nombreux acteurs être sur scène est plus important qu’être payé. Les syndicats doivent discuter avec leurs membres, en particulier avec les acteurs/producteurs et les faire réaliser que les artistes interprètes sont des travailleurs qui méritent d’être payé. Les syndicats doivent se positionner et trouver des moyens pour mieux protéger leurs membres qui travail dans ce domaine souvent peu ou pas du tout réglementé.

Télécharger le rapport détaillé de l’Atelier #3