FR

10.04.2015

OIT : La Réunion d’Experts progresse sur la question du Travail Atypique

L' « International Arts and Entertainment alliance » IAEA (composée de FIA, FIM et UNI-MEI) était représentée par son président, John Smith, à une réunion d’experts tripartite de l’OIT sur les formes d’emploi atypiques. Les conclusions traduisent un accord pour renforcer la réponse de l’OIT face au travail précaire.

Après le Forum de Dialogue Global sur la relation de travail dans le secteur de la culture et des media organisé au siège de l’OIT en mai 2014, un comité d’experts représentant les employeurs, les gouvernements et les travailleurs s’est réuni à Genève pour débattre de la manière dont l’OIT doit répondre aux menaces que le développement du travail précaire fait peser sur les droits des travailleurs.

Le document de fond préparé par l’OIT établit que le travail précaire a proliféré au cours des dernières années – notamment pour les postes peu qualifiés – et souligne que les femmes et les jeunes sont particulièrement touchés. Il relève les problèmes liés au fait que ces formes d’emploi ne résultent pas d’un choix délibéré. L’Europe comme les États-Unis enregistrent des taux élevés de travail à temps partiel involontaire. Au Royaume-Uni, 80% des travailleurs sous contrat à durée déterminée sont en période d’essai ou dans l’incapacité d’obtenir un emploi permanent (plus de 90% en Grèce, au Portugal et en Espagne).

Le rapport montre que le travail précaire ne constitue pas un marchepied vers l’emploi permanent : les travailleurs à temps partiel ont un risque plus élevé de rester confinés dans des emplois précaires et sont qu’à dix fois plus exposés au chômage que les travailleurs permanents.

En plus de la précarité, ces travailleurs ont des salaires plus faibles, une couverture sociale inadéquate, un moindre accès à la formation professionnelle et un taux d’accidents plus élevé. Ils sont également confrontés à des difficultés dans l’exercice de leurs droits à la liberté syndicale et à la négociation collective.

Les conclusions de la réunion recommandent que l’OIT poursuive son travail en vue d’améliorer la collecte des données et le suivi sur la question du travail précaire. Elle devrait aussi
• Promouvoir un meilleur recours aux normes internationales en ce qui concerne le travail précaire
• Identifier les insuffisances de ces normes et évaluer le besoin éventuel de nouvelles normes
• Examiner et prendre en compte les obstacles que rencontrent les travailleurs précaires dans l’exercice de leurs droits à la liberté syndicale et à la négociation collective
• Évaluer l’apport de la négociation collective à des conditions de travail décentes
• Soutenir l’inspection du travail et l’accès des travailleurs précaires aux recours en justice
• Étudier le moyen d’étendre la sécurité sociale aux travailleurs précaires
• Rendre compte des tendances et créer un registre d’information sur le travail précaire et les pratiques innovantes permettant d’assurer la protection des travailleurs précaires.

Les conclusions appellent également à la tenue de réunions d’experts sur l’emploi temporaire et la discrimination liée à a nature de l’emploi, ouvrant ainsi la perspective de nouvelles normes internationales du travail dans ces deux domaines.

Ces recommandations doivent être soumises au Conseil d’administration de l’OIT pour approbation.

Vous pouvez télécharger le texte des Recommendations.