FR

16.08.2021

FIA-LA et Panartes lancent une enquête sur la violence et le harcèlement au travail

Les groupes latino-américains de la FIA (FIA-LA) et d'UNI MEI (Panartes - UNI Americas) et leurs affiliés ont lancé mi-juillet une enquête en ligne sur la violence et le harcèlement sur les lieux de travail du secteur de l'audiovisuel et du spectacle vivant en Amérique latine.

L'enquête vise à mettre en lumière et à identifier l'existence de ces comportements au niveau régional. Les informations recueillies permettront de générer un diagnostic qui servira de base aux syndicats pour approfondir leur travail sur la question, mener des actions préventives et intégrer des propositions spécifiques pour mieux représenter les intérêts de leurs affiliés dans les processus de dialogue social.

"Si toutes les femmes qui ont été harcelées ou agressées sexuellement écrivaient "Metoo" comme statut, nous pourrions donner aux gens une idée de l'ampleur du problème", a écrit l'actrice Alyssa Milano en 2017, initiant le mouvement #Metoo pour dénoncer les agressions et le harcèlement sexuels dans l'industrie cinématographique aux États-Unis. Parallèlement à cette campagne, d'autres ont émergé dans plusieurs pays d'Amérique latine, menées par les syndicats eux-mêmes, comme en Argentine, en Colombie, au Chili, entre autres, dénonçant la même situation.

"Les syndicats ont travaillé sans relâche pour l'introduction de règles claires par le biais de la négociation collective afin de promouvoir des politiques de prévention contre la violence et le harcèlement au travail. Cette enquête permettra de mieux comprendre l'importance du problème dans le secteur et viendra compléter ce que les différentes organisations syndicales dénoncent déjà", a déclaré Briceida Gonzalez, directrice régionale d'UNI Amériques pour l'égalité des chances.

Pour le groupe de femmes PANARTES en Argentine, il est important de souligner que "en tant que femmes syndicalistes, notre engagement est de générer les outils nécessaires à partir de la négociation collective pour garantir des lieux de travail sans violence. Nous pensons qu'il faut créer des environnements sûrs pour que les collègues femmes n'aient plus peur de dénoncer la violence. Cette initiative régionale est un grand pas en avant, surtout en ces temps difficiles pour notre activité. L'enquête nous donnera un diagnostic des travailleuses des médias, des arts et du spectacle dans la région".

" Nous devons comprendre que les politiques de prévention et de protection qui favorisent des espaces de travail exempts de violence et de harcèlement génèrent de meilleures conditions de travail et sont égales à tout autre droit dans la relation de travail ; par conséquent, il s'agit d'un outil urgent et nécessaire que nous, les travailleurs de l’audiovisuel et du spectacle vivant, nous devons à nous-mêmes " a ajouté Alejandra Rincón, secrétaire générale de FIA-LA.

"Dans tous les domaines du travail, la violence contre les femmes et les dissidents s'exprime sous forme de harcèlement, de harcèlement sexuel, de ségrégation, de discrimination salariale, de restrictions à l'embauche, de plafond de verre, entre autres. Nous avons besoin de toute urgence d'un diagnostic clair et précis afin de promouvoir et d'adopter des politiques spécifiques. Nous avons trouvé dans cette enquête un bon outil de diagnostic et de mise en réseau, essentiel pour générer des conditions de travail meilleures et plus justes", a ajouté Alicia Dogliotti, vice-présidente de la FIA.

Cette enquête est une initiative syndicale régionale de Panartes et de la FIA-LA avec le soutien de Union to Union, l'organisation du mouvement syndical suédois pour la coopération internationale au développement.

L'enquête est disponible via les liens suivants :

En Espagnol
En Portugais