fetish-foot.orghandjob-porno.netpissingbb.comhandjobgo.com

FR

20.10.2022

Réunion du groupe de travail Diversité Globale de la FIA à Londres - 1er octobre 2022


Le groupe de travail diversité globale de la FIA (GDWG, Global Diversity Working Group) est un groupe de travail thématique créé lors du Congrès 2016 de la FIA qui s'est tenu à Sao Paolo, au Brésil, dans le but de discuter de la diversité et de l'inclusion au sens large. Les domaines de travail peuvent inclure l'égalité des genres, le harcèlement sexuel, la race et l'ethnicité, les problèmes rencontrés par les artistes-interprètes LGBT, les artistes-interprètes handicapés, etc.

Le GDWG s'est réuni le samedi 1er octobre à Londres, suite aux réunions du Comité exécutif de la FIA. Il a réuni plus de 30 délégués internationaux et était présidé par Katja Holm et Duncan-Crabtree-Ireland de SAG-AFTRA et Anouk Van den Bussche de la FIA. En raison du contexte et des événements internationaux, plusieurs sous-groupes ont émergé du groupe global et ont été particulièrement actifs au cours des dernières années, comme le groupe de travail sur le harcèlement sexuel, le groupe de travail LGBTQ+ et plus récemment le groupe de travail sur l'égalité raciale et la diversité ethnique.

La réunion a débuté par les rapports de chaque sous-groupe. Arden Rysphan (CAEA, Canada) a rendu compte de l'effort continu du groupe de travail sur le harcèlement sexuel pour partager des bonnes pratiques et outils et a informé les participants de la nécessité de rassembler un contenu plus spécifique concernant la coordination d’intimité. Alicia Dogliotti (SUA, Uruguay) a également partagé des informations sur la vaste enquête et la campagne régionale sur le HS en Amérique latine et a proposé de fusionner le groupe de travail sur le harcèlement et le groupe de travail sur l'égalité des genres afin d'en optimiser la participation et l'efficacité.

Duncan Crabtree Ireland et Jorge Aguirre (SAG-AFTRA, USA) ont fait un rapport au nom du groupe de travail LGBT+. Ils ont informé les participants des efforts en cours pour publier les résultats de l'enquête de la FIA menée avec SAG-AFTRA il y a plusieurs années et ont partagé les préoccupations et le désir du groupe de voir plus d'authenticité et de représentation des communautés LGBT+ marginalisées à l’écran.

Ian Manborde (Equity UK) a brièvement rappelé la série de webinaires sur l'égalité raciale et la diversité ethnique organisée par la FIA. Il a également fait part des efforts de son syndicat pour tirer parti du mouvement #BlackLivesMatter, mais malgré l'augmentation du nombre de rôles d'acteurs d'origines ethniques diverses, on constate malheureusement aussi une augmentation de la discrimination et du langage raciste sur les lieux de travail. Emilie Meeus (SFA, France) a parlé de la commission antiraciste récemment créée par son syndicat et de sa volonté de collecter des données et de créer des espaces sûrs pour les personnes racisées dans l'industrie.

Cette session s'est terminée par un discours de Nathalie Amber, actrice et membre du comité des acteurs sourds et handicapés d'Equity UK, sur l'intersectionnalité. Amber a partagé son expérience en tant qu'artiste et militante en situation de handicap, parlant des stéréotypes, du manque d'accès approprié et de l'importance de l'égalité des chances pour tous les travailleurs.

La deuxième partie de la réunion s'est concentrée sur la question suivante : Comment syndicaliser les travailleurs marginalisés ? La première intervenante était Kate Shindle (Equity US), qui a rendu compte du travail récent de son syndicat pour aider à syndiquer et protéger les danseuses de strip-club. La campagne ‘Stripers united’ a reçu un soutien massif des membres et l'aide apportée à ces travailleurs stigmatisés et marginalisés est un exemple inspirant. Ensuite, Tigger Blaize, acteur et vice-président du comité LGBT+ d'Equity UK, a livré un témoignage poignant sur les difficultés rencontrées par les membres LGBT+ marginalisés, notamment le manque de diversité pour les rôles trans, les attaques des groupes d'extrême droite au Royaume-Uni et les risques d'abus sexuels.

Enfin, les participants ont été invités à se diviser en petits groupes pour une activité de type "Worldcafe". Chaque groupe a été invité à identifier les travailleurs marginalisés dans son pays et son secteur, à déterminer la meilleure façon de les atteindre et à les inciter à s'engager réellement au sein des syndicats. Chaque groupe a ensuite fait un rapport et discuté de la grande variété d'expériences et de défis rencontrés par les syndicats sur ce sujet.